arbre

Bioéconomie : lancement d’un plan d’action

mardi 27 février 2018

À l'occasion du salon international de l'agriculture, Stéphane Travert a présenté le 26 février le plan d'action bioéconomie.

La bioéconomie, c’est l’économie du vivant, celle qui valorise une énergie abondante, renouvelable et gratuite : l’énergie solaire. Elle couvre la production, la mobilisation et l'utilisation des ressources agricoles, forestières et marines, pour fabriquer alimentation, énergies renouvelables, matériaux biosourcés et molécules d'intérêt.

Le plan d'action élaboré dans le prolongement des Etats Généraux de l’Alimentation, propose une cinquantaine de mesures pour développer la bioéconomie, qui visent à améliorer la connaissance, promouvoir la bioéconomie auprès du grand public, créer les conditions d'une rencontre de l'offre et de la demande, produire, mobiliser et transformer durablement les bioressources, lever les freins et mobiliser les financements.

Un label « produit biosourcé »
La mise en place d’un label reconnu « produit biosourcé » ou la prise en compte du caractère biosourcé des produits dans les marchés publics devraient permettre par exemple de diffuser plus largement la mobilisation du bois, du béton de chanvre ou des isolants en fibres végétales dans la construction, souligne le ministère de l’agriculture dans un communiqué du 26 février. Ces éléments sont de nature à créer de la valeur et mettre en place de nouvelles filières agricoles et forestières dans les territoires métropolitains et ultra-marins. Stéphane Travert a ainsi exprimé son souhait que les jeux olympiques 2024 soient l’occasion de mettre en avant ces filières d’excellence et d’avenir, par exemple, par l’utilisation de ces matériaux pour la construction du village olympique.

La production d’énergies renouvelables à travers la production d’électricité, de biocarburants, ou de biogaz représente également des compléments de revenu pour plus de 50 000 exploitants agricoles. Cette dynamique doit se poursuivre, notamment à travers le développement de la méthanisation agricole. Celle-ci fait l’objet de deux actions spécifiques, l’une portant sur la levée de freins réglementaires, l’autre sur la facilitation du financement. Le ministre confirme ainsi la mise en place d’un fonds de prêts sans garantie en faveur de la méthanisation agricole à hauteur de 100 millions d’euros dans le cadre du volet agricole du Grand Plan d’investissement.

Le plan d’action est disponible sur le site : VOIR ICI